RENCONTRE AVEC LA CHAMPIONNE DU MAROC DE COURSE AUTO SOUS LE VROMBISSEMENT DE SON MOTEUR

0
114

Si le Maroc compte aujourd’hui un circuit permanent de course automobile à Marrakech et qui abrite chaque année une étape du WTCC, que des noms de jeunes pilotes commencent à émerger en plus du champion Mehdi Bennani, au bon palmarès international, chez les femmes, l’évolution manque cruellement et chroniquement de vitesse. Et dire que Casablanca avait abrité son 1er grand prix de Formule 1 en 1957 et que l’édition 2017 du Marrakech Grand Prix (MGP) comptait un vrai plateau de pilotes marocains avec seulement 1 femme sur le circuit Moulay El Hassan.

HA2
HIND ABATORAB À EL JADIDA, ÉLÉGAMMENT ADOSSÉE SUR SA RENAULT QU’ELLE A PILOTÉE AU MGP 2017

Après Samira Bennani, restée longtemps, première et seule femmes pilote marocaine et arabe, championne des circuits de courses fermés, on se réjouit de voir une autre championne marocaine qui prend la relève au niveau national. Mais Hind Abatorab est encore une fois la seule, nous dit-elle amèrement en évoquant sa participation au Marrakech Grand Prix la semaine dernière.

Pourtant la fédération existe et est bien active. En parallèle, Samira Bennani, en tant que membre siégeant à la FRMSA et également à la commission « Women in Motosports » à la fédération internationale automobile, nous déclarait dans une précédente interview s’atteler tous les jours à essayer de promouvoir la participation des femmes aux sports automobile en introduisant des démonstrations féminines lors des différentes courses organisées à El Jadida, Oualidia, Rabat, Meknès. L’ex-championne nous parlait de la fascination des filles vers ce sport mais que la peur de plonger et de passer à la vitesse supérieure est bien plus grande.

HA4

En attendant que des graines de pilotes marocaines poussent, encourageons Hind Abatorab qui selon elle, la peur est certes un facteur sérieux qui explique bien le désert avéré des courses auto au féminin mais les coûts élevés de la pratique de ce sport, laissent les moteurs au point mort, sachant qu’elle même ne bénéficie d’aucun soutien de quelque source que ce soit, hormis celui de son propre père qui croit en elle et continue de la soutenir et financer sa belle carrière ascendante depuis près de 8 années.

HA1
HIND ENTOURÉE DE SES COUPES NATIONALES BIEN MÉRITÉES

Espérons qu’avec les beaux aménagements du MGP, incluant cette année, une école de pilotage en partenariat avec Renault, attirera des femmes pilotes en herbe.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here