COMMENT REDÉMARRER LA MACHINE À FABRIQUER DES CHAMPIONS

0
27

Une question importante et capitale au Maroc qui mériterait nombre de questionnements, de débats, de rencontres avec tous les protagonistes du sport au Maroc.

Cette question était l’objet de la 27è édition des conférences débats organisés par la fondation Attijariwafabank à l’occasion de la Journée Internationale du Sport au service du développement et de la Paix ce 06 avril. Cette rencontre sous le thème « Le Sport au Maroc : comment redémarrer la machine à fabriquer des champions ? » visait à identifier des pistes de réforme du Sport national réunissant une assistance de qualité, composée de dirigeants de clubs et de champions internationaux notamment Nawal Moutawakil, Krimo, Aberrazak El Allam, etc.

2017-04-06 18.00.50Un panel d’experts prestigieux dans les domaines du football en la personne de M. Nasser Larguet, Directeur Technique National de la Fédération Royale Marocaine de Football, et de l’athlétisme avec M. Aziz Daouda, Directeur Technique de la Confédération Africaine d’Athlétisme avec à leur côté, et pour la dimension académique le Professeur Rachid M’Rabet, Directeur de l’Ecole Doctorale du Groupe ISCAE. « Il est de notre responsabilité à tous, décideurs publics, opérateurs privés et acteurs de la société civile, d’œuvrer pour redonner au Sport marocain toutes ses lettres de noblesse et favoriser l’émergence de nouveaux talents capables de fédérer notre jeunesse », a rappelé M. Omar Bounjou, Directeur Général du groupe Attijariwafa bank en ouverture du débat, insistant sur les valeurs d’Engagement, de Leadership et de Solidarité que véhicule le Sport, ces même valeurs résolument inscrites dans l’ADN du Groupe.

IMG_4244Sous la modération de M. Belaid Bouimid, ancien Président de l’Union des Journalistes Sportifs Africains, une problématique importante était soulevée par les intervenants à l’unanimité, celle de « la détection des jeunes talents, mais dénicher des talents ne peut opérer sans instituer un sport de masse et pour se faire le sport doit être enseigné comme valeur et pratique au quotidien à l’école », ont rappelé les intervenants. Les panélistes ont également insisté sur les problématiques de la formation des cadres techniciens et des managers du Sport, de l’aménagement du cadre juridique de la pratique du Sport et surtout, du poids de l’Histoire ainsi que le fort impact de la donne culturelle sur les performances des sportifs marocains.

« Une cellule de veille stratégique pourvoyeuse de réflexions, d’informations, d’études et de chiffres pourrait aider à faire avancer le sport au Maroc » selon M. Rachid M’rabet. M. Aziz Daouda a rappelé lui que « Le sport requiert de la performance et que c’est cette dernière qui génère des champions »

De nombreuses réalisations ont été accomplies dans le Sport, notamment dans le football, avec la mise en place d’une série d’actions et de programmes qui ont permis au football marocain de récolter quelques bons résultats ces dernières années. M. Larguet a estimé pour sa part, « qu’il était nécessaire de doter les ligues régionales de ressources humaines et de former les cadres. Nous avons tous les ingrédients pour relancer la machine, il nous manquait la méthode. Ce à quoi nous nous sommes attelés. »

QUELQUES CHIFFRES À RETENIR SUR LE SPORT ET RÉALISATIONS AU MAROC

Quand on parle Sport au Maroc, on pense tout de suite Football, Athlétisme, Tennis et Boxe.

Le palmarès en athlétisme cumule aux Jeux Olympiques, 6 médailles d’or, 4 argent et 11 bronze. En championnats du monde, 10 médailles d’or, 11 argent et 7 bronze, 3 grands prix d’athlétisme 1986-1988-1989, 3 trophées d’athlète de l’année 2001-2002-2003 et 4 golden league en 1998-2000-2001-2002.

En matière de football, 1 coupe d’Afrique en 1976, 5 ligues des champions de la CAF en 85-89-92-97-1999, 5 coupe de la CAF en 96-02-05-10-2011, 4 ballons d’or africains.

En King boxing 2 titres de champion du monde pour Badr Hari et en boxe 1 titre de champion du monde pour Rabii en 2015.

D’un point de vue économique, le Maroc est le 1er pays en Afrique en termes d’investissements dans le Sport, le Budget prévisionnel alloué au Sport est estimé à plus 2,6 milliards de DH, en hausse de 33% par rapport l’exercice budgétaire antérieur.

Il faut en moyenne tester 10 000 jeunes pour détecter 1 talent à même de devenir un futur champion. Ce ratio est valable pour toutes disciplines sportives.

Une politique performante de détection de nouveaux talents équivaut à 60% du chemin parcouru. Les 40% représentent la politique de formation, encadrement, infrastructures, etc.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here